Top
  >  Apprecier   >  Edito   >  17 idées reçues sur le Massif Central
17 idées reçues sur le Massif Central
17 idées reçues sur le Massif Central

17 idées reçues sur le Massif Central

En ce début d’année 2017, la rédaction des Terres du Milieu s’est amusée des préjugés et des petites phrases entendues ça et là à propos du Massif Central. Parce qu’on est très fier d’habiter nos Terres du Milieu et d’essayer chaque jour de les représenter au mieux. Belle année à tous, dans le massif Central ! [Attention, cet article comporte quelques passages à prendre au second degré … on préfère prévenir !]

  • Y a plus de vaches que d’habitants

Classique !  Territoires ruraux par excellence, les terres d’estives et d’élevage font partie des images les plus difficiles à faire changer. Mais pourquoi changer ? Effectivement, des vaches il y en a. Des moutons aussi, des chèvres, des ânes, des chevaux… Ils participent tous à l’entretien de nos contrées et permettent à tout le monde de profiter des paysages ! Ils nous donnent en plus du bon lait et de bons produits. De là à dire qu’il y a plus de vaches que d’habitants, c’est un peu osé. Et puis, on préfère être entouré de tous ces animaux, plutôt que de milliers de têtes de con déprimées dans la routine du métro-boulot-dodo ! (Oups)

Sur les hauteurs, les randonneurs croisent les travailleurs qui entretiennent la lande du Sancy

  • Les auvergnats sont radins

Autre idée, qu’a pourtant essayé de renverser Georges Brassens. Rien à faire, l’Auvergnat (plus que les autres habitants du massif Central) tient sa réputation de radin. Effectivement, on surveille un peu nos sous et on aime bien ne pas trop le dépenser. Peut-être parce qu’on en a pas tant que ça non plus. Aussi parce que chez nous, la vie est légèrement moins chère. C’est combien le kilo de saint-nectaire en ville ?!

  • Leurs volcans, ils sont nuls, ils ne crachent pas de feu

Ben oui ! Et puis la plupart, ils n’ont même pas la forme d’un volcan. C’est n’importe quoi ! Mieux vaut partir à la Réunion ! On vous conseille effectivement cette île. Mais nos volcans on les aime aussi ! Depuis tout petit et l’école. Ce sont nos montagnes à nous. Peut-être qu’ils sont endormis, mais les volcans ont façonné notre paysage et un peu notre caractère. Ils ont permis à la végétation d’aussi bien pousser et au sol d’être aussi riche. Et puis, le jour où ils vous claqueront à la gueule, vous ferez moins les malins !

Vue sur le Puy-de-Dôme depuis le Puy de l’Enfer.

Vue sur le puy de Dôme depuis le puy de l’Enfer.

  • Les habitants du massif Central ne sont pas accueillants

C’est marrant, mais on se disait la même chose la dernière fois en arrivant à Paris ! Préjugé, encore. On a bien deux ou trois têtes de pioche dans nos montagnes, et certains qui aiment bien faire leur beurre et le business qui va avec. Faut juste les éviter. Globalement, ce sont surtout des gens passionnés, amoureux de leurs terres, et qui sont ravis d’aller à la rencontre de l’étranger.

  • Il pleut presque tout le temps et il fait froid

Tout dépend de ce que l’on appelle froid. Un ami finlandais me disait « non, franchement, c’est correct ». Effectivement, les hivers dans le massif Central sont rugueux (mais le seront de moins en moins avec le réchauffement climatique). Et chaque année on se le dit : mais pourquoi on reste ici ! Puis vient le printemps, qui nous réchauffe. Et nos étés sont secs et chauds. Faut se voir en terrasse à Clermont-Ferrand en plein mois de juin, ou en t-shirt sur l’Aubrac.

Au sommet du signal de Ventalon, en Lozère.

Au sommet du signal de Ventalon, en Lozère.

  • On mange gras, et toujours des patates

Truffade, aligot, potée… Bon ok, niveau bouffe, on ferait peur à n’importe quel diététicien. Mais, heureusement, on ne mange pas que ça ! Et puis, chez nous, on a les meilleurs fromages de France. Pelardons, bleu d’Auvergne, cantal… Et le fromage, et bien ça se mélange avec les patates ! OUI !

  • On n’a pas l’électricité

Voilà. D’ailleurs, actuellement, on écrit cet article sur une machine à écrire des années 60 que l’on a transmis par pigeon voyageur à notre rédaction sur Paris, pour qu’ils puissent le mettre en ligne. Tout ça à la lueur d’une bougie et avec des moufles, parce qu’on n’a pas de quoi se chauffer.

  • C’est au milieu de la France, on le traverse quand on va en vacances

Et faut bien le dire, vous nous embêtez bien avec vos bouchons ! D’ailleurs, quand vous passez, on ne vous regarde même pas. On préfère les gens qui s’arrêtent. Bon, c’est vrai que beaucoup de gens qui descendent dans le Sud passent souvent par chez nous. Ben oui, on a une autoroute quasi gratuite. Et après, c’est nous les radins ! Allez, la prochaine fois, faites au moins une halte. Histoire de vraiment découvrir qui l’on est et nos paysages. Vous ne serez pas déçus.

  • Vous buvez beaucoup pour vous réchauffer

Oui. Affirmatif. On a de bonnes spécialités d’ailleurs. Mais la première boisson que l’on produit, c’est de l’eau minérale. Celle que vous achetez chez vous. Volvic, Quézac, Mont-Dore… Et hop, après vous en mettez un peu dans VOTRE pastis. C’est « c’l’ui qui dit qui y est ».

  • C’est juste des petites montagnes

En réalité, le massif Central est le territoire où, globalement, les Hommes vivent le plus haut. On ne dépasse pas les 2000 mètres, mais on est rarement en dessous des 500. Le puy de Sancy, à 1.886 mètres, est notre plus haut sommet. Mais ce n’est pas le seul. Des centaines de pics culminent au-dessus des 1000 mètres. De quoi offrir les panoramas parmi les plus beaux de France. Amis randonneurs, ici commence le paradis.

Les Crêtes du Sancy

  • Y a pas grand-chose à faire

Forcément sans électricité… Heureusement, on a la boisson ! En réalité, c’est un vrai terrain de jeu ici. À qui aime la nature bien sûr. Rando, VTT, canoë, rafting, via ferrata, tyrolienne, ski, fatscoot, fatbike, musées, festivals… On s’ennuie tellement ici, s’il-vous-plait apportez-nous la civilisation, la vraie !

  • Vous n’avez pas de plage

On n’a pas la mer, c’est différent. Mais quand le niveau de l’eau aura monté, on a prévu de plonger dans les vagues depuis le viaduc de Millau. Sinon, pour la baignade, le massif Central offre une multitude de possibilités. D’innombrables lacs, de grandes gorges où circulent des torrents et des rivières, des cascades… On vous l’a déjà dit, que l’une de nos spécialités, c’est l’eau !

On a triché un peu, cette photo est prise en dehors du sentier de randonnée, mais la vue sur les gorges et le Tarn est magnifique

  • Et pas de neige non plus

En ce moment, difficile de ne pas vous donner raison. En ce début d’hiver, de la neige on en a un peu, et ce sont les machines qui nous en donnent. Effectivement, c’est un peu triste, on n’aime pas trop ça. Mais de la neige, de la vraie du ciel, il en tombe régulièrement, parfois trop.  Il n’y a qu’à voir comment vous galérez l’hiver, en vacances chez nous. Dès le moindre flocon, vous êtes tout crispé sur votre volant ! Et alors, vous voir lutter avec vos chaînes, c’est un vrai spectacle.

Depuis le Roc de Cuzeau, enneigé, vue sur le Puy de Sancy.

Depuis le Roc de Cuzeau, enneigé, vue sur le Puy de Sancy.

  • Culturellement parlant, c’est un peu le néant

Oui, comme mentionné tout à l’heure, Georges Brassens est le dernier à avoir parlé de nous d’ailleurs ! Sinon, Clermont-Ferrand est en course pour être capitale européenne de la culture, avec notamment le festival international du Court Métrage ou Europavox. En terme de musique, on se défend pas mal aussi. Clermont-Ferrand, encore elle, était même la capitale du rock selon plusieurs médias il y a quelques années. Partout dans le massif Central, il y a des musées, des lieux de visites, des festivals. Du Musée Soulages à la caverne de Vallont Pont d’Arc, la culture se porte bien.

  • Vous vous déplacez en tracteur

Voilà, sauf quand y a pas de neige ! Là, on s’autorise la vieille R5. On a des routes, des autoroutes (un peu trop même). On a un tas d’itinéraires sympas à faire en vélo. On a des sentiers de randonnées à tout va. On a le train, aussi, qui sillonne les lignes parmi les plus belles de France. Et on a même des avions qui polluent ! D’ailleurs, c’est grâce à nous que vous pouvez vous déplacer avec votre plaque impaire pendant les pics de pollution. Les pneus, à la base, ils ont été inventé à Clermont-Ferrand…

L'un des (quelques) vues depuis le GR 470 sur les gorges de l'allier et "son" Cévenol.

L’une des (quelques) vues depuis le GR470 sur les gorges de l’allier et « son » Cévenol.

 

  • Le WI-Quoi ?

On vous refait la blague de la machine à écrire ? On n’est pas tous à la fibre et télécharger un épisode de Game of Thrones ça peut prendre du temps (quoiiii !!?? ils connaissent Game of Thrones les bouseux ?! Et ouais, on a accès au monde entier nous aussi et à toutes les merdes télévisuelles qu’il peut nous proposer). On est quand même pour la plupart au haut-débit, et presque à la 3G, voire la 4G en ville ! Y a, certes, des zones de non-droit coupées du wifi et du portable. D’ailleurs, on est tellement à la ramasse, que maintenant dans ces endroits perdus, on vous vend très cher des séjours « detox et déconnexion » pour vous, petits citadins hyper-connectés et stressés.

  • Tout le monde veut se barrer à Lyon ou à Paris

Faux. Point final. Nous on a essayé plein de villes. On n’a jamais été aussi heureux que de retour à la maison. Les projets peuvent être menés d’ici. Vous pouvez avoir un boulot sympa, finir à 17h, allez chercher vos gosses tranquillement, faire une balade avec eux avant de rentrer, éviter les bouchons, manger des bons produits le soir, et ne pas vous lever 2h avant votre embauche pour prendre 3 ou 4 métros et bus différents. En prime, les week-ends, en quelques kilomètres, on est à la campagne !

La vue, depuis le Puy de Combegrasse, est exceptionnelle sur la Chaîne des Puys

 

Poster un commentaire