Top
  >  Apprecier   >  Inclassables   >  5 idées de réveillon dans le Massif central

Vous êtes peut-être comme moi. À l’approche des fêtes de fin d’année, vous êtes partagé.e. Entre l’envie de voir votre famille et les gens que vous aimez et celle de vivre loin de toute cette agitation qui ne signifie finalement pas grand-chose à vos yeux.

Marrant, cette idée de devoir se « péter la panse », en parlant politique et en faisant des blagues à la limite du concevable, tout ça en criant 5,4,3,2,1… avec une haleine qui sent bon le début de cuite de la salle des fêtes, les lunettes 2020 pailletées sur la tête. Bon, ok, je suis dans la caricature.

Depuis déjà plusieurs années, 10 si mes calculs sont exacts, je m’éloigne de toutes ces foules pour partir randonner, voyager, découvrir, visiter des lieux à quelques kilomètres de la maison. Un micro-séjour, seul ou en bonne (et petite) compagnie, qui pour moi a plus de sens. SURPRISE, cela ne m’empêche pas de souhaiter la bonne année à tous mes proches… plus tard !

Voici 5 bonnes idées pour vivre un réveillon dans le Massif central, près de la nature et loin de tous soucis !

Bivouaquer …

Oui vous avez bien lu. BIVOUAQUER. Il vous faudra un très bon (et chaud) duvet et de quoi vous isoler de l’humidité. Mais la sensation de finir l’année au grand air (potentiellement froid) et de faire quelque chose d’unique devrait vous combler.

Prévoyez un réchaud, de quoi bien couvrir vos mains et vos pieds. Surtout, ne tentez pas l’aventure sur les hauteurs et dans les zones les plus froides du Massif central. Le Parc Naturel du Quercy ou celui du Haut-Languedoc peuvent être de belles inspirations pour tenter l’aventure… Réservée tout de même aux bivouaqueurs avertis.

 

En petit comité dans un gîte au milieu de la campagne…

Plus classique mais néanmoins appréciable. C’est souvent que je finis l’année dans un petit gîte pour quelques personnes au milieu des différents « Pays » autour de la maison. Un gîte avec cheminée est un petit plus qui fera la différence au coeur du Massif central.

Pas besoin de chercher bien loin, même à quelques kilomètres de chez vous, vous aurez un sentiment de dépaysement total. Amenez quelques membres de votre famille ou des amis triés sur le volet et à vous les campagnes du Cantal, du Causse de Sauveterre ou de la Margeride…

 

Faire une itinérance à pied ou à vélo …

La fin d’année peut être l’occasion de parcourir les chemins. Les journées sont courtes, les étapes le seront donc également. Vous ne croiserez que peu de monde sur les GR et les sentiers. Et l’arrivée à votre hébergement et dans un nouveau village chaque soir sera l’occasion de découvertes enrichissantes. Parmi nos « favoris » à cette période : le GR 6 de Figeac à Rocamadour, le chemin de Saint-Guilhem ou le GR 70 de Stevenson.

Prévoyez tout de même une arrivée, le 31 décembre, dans une étape plus « animée » pour ne pas trop ressentir la solitude. Un petit restaurant ce soir là avant de fouler à nouveau les sentiers dès le lendemain ! Certaines chambres et tables d’hôtes sont par exemple susceptibles de vous accueillir en chemin à cette époque. De quoi faire de jolies rencontres !

 

Un réveillon « Grand Nord » en ski nordique ou raquettes

Il faut que la neige soit là. C’est chaque année l’incertitude dans nos moyennes montagnes. Mais si celle-ci montre le bout de son nez, il existe des lieux incroyables pour partir en raquettes ou en ski de fond.

Connaissez-vous le ski de randonnée nordique ? C’est un subtil mélange entre le ski de fond et le ski de randonnée. Originaire des pays nordiques, c’est un super moyen de découvrir de hauts plateaux enneigés. Je l’ai découvert sur celui du Guéry en Auvergne, avant d’explorer le Mézenc et le Cantal. Un vrai bonheur, que vous pouvez essayer dans certaines stations nordiques du Massif central ! Pour d’autres idées, munissez-vous du livre « L’Auvergne à ski » de Paul-André Coumes, une référence !

Pour les grandes sorties hors-pistes : se munir d’Arva, sondes, pelles, téléphone… comme pour le ski hors piste.

 

Dans un refuge gardé/non-gardé, un ancien buron…

C’est un mix de toutes les autres propositions, finalement. Trouver un refuge gardé ou non, un ancien buron… Y accéder après une belle journée de randonnées et de raquettes. Passez la nuit en pleine nature, mais avec un toit sur la tête et potentiellement un joli feu de bois ! Le pied de fin d’année…

Il existe un site internet sur lequel vous pouvez retrouver quelques bonnes adresses de refuges : https://www.refuges.info/
Mes préférés ? Merdençon, dans la vallée de la Fontaine Salée dans le Sancy. Le refuge de l’Aigle, dans les Cévennes. Le buron de Cabrespine dans le Cantal.

0

Poster un commentaire