Inverser la vapeur, dans le train des Cévennes !

20 août 2018.JeliaFr.0 Likes.0 Comments

Il donne aux enfants l’occasion de s’émerveiller. Aux parents celle de goûter aux plaisirs d’antan et de ralentir la pression. Le train à vapeur des Cévennes fait partie du patrimoine ferroviaire autant que touristique. Au cœur du Gard, entre Anduze et Saint-Jean, parcours d’un « tchou-tchou » immanquable.

Les voitures sont alignées sur le quai de Saint-Jean du Gard. Le train n'est que touristique, mais il doit rappeler quelques souvenirs "SNCF"

Les voitures sont alignées sur le quai de Saint-Jean du Gard. Le train n’est que touristique, mais il doit rappeler quelques souvenirs « SNCF »

La Krupp 040 T à l'approche pour assurer le départ du train de 13h30. Direction ANduze à 15 kilomètres en ... 40 minutes !

La Krupp 040 T à l’approche pour assurer le départ du train de 13h30. Direction Anduze à 15 kilomètres en… 40 minutes !

Prendre le temps de découvrir. Passer la tête par la fenêtre et sentir le vent venir effleurer le visage. Contempler d’incroyables ponts au détour d’impressionnants virages. Se sentir libre de profiter et de s’arrêter. C’est un voyage en train que certains ont connu. La toute puissance TGV a quelque peu meurtri ces petites lignes de vie que des passionnés s’attachent à perdurer.

C’est le cas de la ligne du Train à Vapeur des Cévennes, entre Saint-Jean du Gard et Anduze. Ici, la petite association d’origine a bien grandi. On débarque dans une entreprise rodée mais qui garde au fond d’elle son âme d’adolescente. Le train à vapeur continue d’assurer le spectacle les mois d’été, à la chaîne parfois mais en proposant tout de même un excellent souvenir.

La gare de Saint-Jean du Gard à quelques minutes du départ.

La gare de Saint-Jean du Gard à quelques minutes du départ.

La rame décorée de l'ensemble du parcours du train à vapeur des Cévennes.

La rame décorée de l’ensemble du parcours du train à vapeur des Cévennes.

Nous avons pris le tacot au départ de Saint-Jean du Gard. Pas moins de 8 voitures anciennes attendent en ce mois d’août. Il y a, bien entendu, de la place pour tous. Si vous voulez être parfaitement libre, optez pour les voitures semi-ouvertes. Elles ont moins de charme que les voitures classiques mais permettent plus facilement de contempler les paysages et de « prendre l’air ».

Un coup de sifflet et la Krupp 040 T 1751 de rouge et de noir vêtue s’élance sur cette ligne unique. Le début du voyage n’est pas le plus marquant, on sort en forêt de Saint-Jean du Gard en longeant de (trop) loin le gardon… de Saint-Jean. Mais les Cévennes se dévoilent petit à petit au fil des kilomètres. Le viaduc des doucettes annonce le premier tunnel de la ligne : le Salindrenque. Un joli instant que ce train à vapeur dans la courbure de la ligne, entre le pont et le tunnel.

À toute vapeur entre ANduze et Saint-Jean du Gard

À toute vapeur entre Anduze et Saint-Jean du Gard

Plaisir pour les petits, comme les grands sur le train à vapeur des Cévennes !

Plaisir pour les petits, comme les grands sur le train à vapeur des Cévennes !

Les gardons, que l'on croise plusieurs fois sur la ligne dans un décor typiquement... cévenol !

Les gardons, que l’on croise plusieurs fois sur la ligne dans un décor typiquement… cévenol !

S’ensuivent plusieurs ouvrages, dont la gare de Thoiras où le train ne s’arrête qu’en de très rares occasions. C’est à partir du viaduc de la Plaine Thoiras-Lassale que les paysages s’ouvrent pleinement et donnent toute la magie nécessaire à un moment hors du temps. On longe alors le gardon de Saint-Jean jusqu’à rencontrer ceux d’Anduze et du Mialet dans des paysages caractéristiques. La rivière est impressionnante, les bassines de baignades s’aperçoivent depuis le train.

On a alors passé à nouveau plusieurs viaducs avant de s’arrêter quelques minutes à la Bambouseraie. Visite que l’on vous conseille ! Le train repart pour le dernier « grand frisson ». Peu avant Anduze, la vapeur nous mène à nouveau au-dessus du gardon. Cette fois par l’impressionnant pont métallique d’Anduze. Avant de plonger dans le noir complet (ou presque) du très long tunnel de 830 mètres. Il débouche sur la gare d’Anduze, terminus du train. Le temps d’atterrir, de contempler la locomotive à la manœuvre avant… de repartir par le trajet inverse. On s’assure ainsi de ne louper absolument aucun point de vue !


Une ligne plus que centenaire !

Inaugurée en 1909, la ligne d’Anduze à Saint-Jean du Gard permettait notamment de relier cette dernière à Alès. On l’appelait alors la « ligne gardoise ». Véritable veine ferroviaire pour cette zone enclavée, l’activité voyageur connaîtra son « apogée » dans les années 30. Petit à petit, l’activité diminuera, ici comme ailleurs. Les soieries et le transport du bois ne suffiront plus à assurer une rentabilité à la SNCF qui suspendra la ligne en 1971. Il s’en est fallu de peu, d’ailleurs, pour qu’elle soit totalement déclassée et que les rails soient enlevés. L’association du Train à Vapeur des Cévennes sauvera définitivement ce tronçon pour l’ouvrir aux trains touristiques.

9 viaducs et 1 pont métallique sur à peine 14 kilomètres font de cette ligne entre Anduze et Saint-Jean du Gard un bel exploit technique et une belle démonstration de ce que le rail pouvait offrir à l’époque ! Même dans ces territoires en pente où seuls les gardons ont véritablement réussi à creuser, le train circule ! Il fait halte dans 3 gares et 3 stations. 6 arrêts profitables à l’époque à l’ensemble des mas et fermes isolées.

Toutes les infos sur : http://www.trainavapeur.com/

De gardons à gardons sur la ligne à vapeur des Cévennes

De gardons à gardons sur la ligne à vapeur des Cévennes

À l'approche d'Anduze, sur le pont métallique sur la ligne du train à vapeur des Cévennes.

À l’approche d’Anduze, sur le pont métallique sur la ligne du train à vapeur des Cévennes.

Add comment

Proudly powered by WordPress & Tayp Theme by IshYoBoy.com