Top
  >  Apprecier   >  Edito   >  La mer (de nuages), qu’on voit danser…
Mer de nuage sur la route de Beaune-le-Froid pendant l'hiver.

Un défaut que j’entends souvent de la part de gens étrangers au Massif Central, c’est l’absence de mer sur nos terres. Effectivement, nous sommes un peu loin des côtes. Pourtant, l’hiver, un phénomène particulier nous rappelle que, nous aussi, on peut aller voir la mer… Une mer sans eau, mais absolument incroyable. On vous explique le phénomène de mer de nuages…

Les Crêtes du Sancy se dégagent au dessus des nuages.

Les crêtes du Sancy se dégagent au-dessus des nuages.

Il n’est pas rare, certains matins d’hiver, de découvrir nos plus hauts sommets s’élever à peine au-dessus d’une large bande de coton blanc. Le phénomène de mer de nuages n’est pas étranger au photographe, au skieur, au marcheur, qui arpentent les montagnes et les massifs du centre de la France. Comment se forment ces étendues de nuages ? Comment les anticiper ? Où aller pour en profiter ? Autant de questions auxquelles nous allons essayer de répondre.

Le coupable ? Le phénomène d’inversion des températures…

Pour comprendre le phénomène, il faut s’intéresser d’abord à celui de l’inversion des températures. Lorsqu’un anticyclone stabilise la météo, il n’est pas rare de voir des nuages se former dans la vallée. On parle d’inversion car l’air est de plus en plus chaud en montant en altitude. La vapeur d’eau naturellement présente dans l’air vient à saturer, à condenser et à former des nuages plus bas, alors qu’en haut l’air reste sec. Et il n’est pas rare, en montagne, d’observer le phénomène d’inversion, parfaitement habituel.

Mer de nuage sur la route de Beaune-le-Froid pendant l'hiver.

Mer de nuages depuis la route de Beaune-le-Froid pendant l’hiver.

Dans de telles périodes anticycloniques, c’est donc bien sur les hauteurs que le temps est le plus agréable et doux. En bas, en règle générale, les nuages et le brouillard sont présents. Pire encore, ce phénomène bloque régulièrement des particules fines et accroît le phénomène de pollution dans la vallée (on pense à nos chères Alpes… mais pas que ! ). Dans le Massif Central, nous avons pu observer des phénomènes réguliers et souvent dans les mêmes vallées. Il n’y a pas de « règle » précise, mais nous observons souvent le phénomène de mer de nuages entre 1000 et 1500 mètres d’altitude. Voilà donc une idée de la hauteur à laquelle il faut vous trouver pour espérer un phénomène de mer de nuages.

Un phénomène poétique

Pourquoi appelle-t-on cela une mer de nuages ? Tout simplement parce que, graphiquement et visuellement, lorsque vous vous trouvez au-dessus de la masse de nuages, vous avez l’impression de voir une étendue d’eau et de vagues. Et au milieu d’elle, de jolis îlots qui sortent ici et là. C’est l’un des phénomène météo les plus photographiés, les plus appréciés aussi. Il n’y a pas plus réconfortant et bonifiant que de se retrouver au milieu de ces champs blancs avec, à perte de vue, rien d’autre que l’immensité du monde. Pas (ou très peu) de trace humaine, enfouie sous une masse nuageuse et dans le brouillard. On touche le monde et la nature au plus près.

Au sommet du Sancy, on croirait dominer les éléments !

Mer de nuage depuis la route de Beaune-le-Froid pendant l’hiver.
Mer de nuage depuis la route de Beaune-le-Froid pendant l’hiver.

Le Massif Central vous offre très régulièrement, entre les mois de novembre et de mars notamment, ce phénomène de mer de nuages. Nos spots préférés sont évidemment les plus hauts sommets de notre territoire. Du puy de Sancy ou du roc de Cuzeau, des monts du Cantal, du Forez, de la montagne de Finiels dans les Cévennes… Mais aussi, lorsque la masse de nuages est plus basse, près des cols et sur les routes d’altitude. Bref, prévoyez de vous situer tôt le matin au dessus de 1000 mètres, et vous aurez vous aussi la chance de profiter d’un moment de pure magie (et de science …).

 

 

 

Poster un commentaire