Le Massif Central vu du ciel… Découverte de l’auto-gire

21 novembre 2017.JeliaFr.0 Likes.0 Comments

Wonderbox nous a offert quelques minutes de découverte et de sensations à bord d’un engin surprenant : l’auto-gire, d’Auvergne Giro Passion. Au départ de l’aérodrome d’Issoire, en compagnie de Michel, nous avons survolé une partie des méandres de l’Allier dans cet engin hybride. Mi-avion, Mi-hélicoptère MAIS Ni-avion, Ni-hélicoptère. Bref complètement dingue ! 

L'auto-gire, rouge vif, visible de loin, un petit appareil plein de sensations !

L’auto-gire, rouge vif, visible de loin, un petit appareil plein de sensations !

L’auto-gire : Michel, parfait pilote

14h45. Dans 15 minutes je décolle. À côté de la piste en herbe de l’aérodrome d’Issoire, j’aperçois le petit appareil rouge que j’avais vu sur les photos et vidéos. Michel, lunettes Top Gun vissées sur la tête, m’accueille. Le contact est facile. Ce pilote chevronné a utilisé plusieurs types d’appareil, avant de jeter son dévolu sur l’auto-gire depuis 6 ans ! Inutile donc d’avoir la moindre crainte. Surtout, l’auto-gire est un appareil bien plus stable qu’un avion ou qu’un hélicoptère. Michel me le garantit (et il s’avérera après essai que c’est la stricte vérité !).

Michel et l'auto-gire valent bien une photo souvenir ... C'est pas souvent !

Michel et l’auto-gire valent bien une photo souvenir… C’est pas souvent !

Quelques minutes pour m’expliquer la mécanique, me parler de lui et de son activité, de sa vision de l’air et de l’aviation. Passionnant. Me voilà rapidement équipé d’un casque, à bord de l’appareil. Derrière moi, la mascotte est bien accrochée, prête à rassurer la moindre personne inquiète. Pour ma part (car oui, on ne peut être qu’un seul passager dans l’appareil) aucun frisson pour le moment. L’auto-gire roule en direction de la piste. Entendre Michel par le casque me donne l’impression d’être à l’avant d’un énorme appareil, prêt à décoller et  transporter des dizaines de personnes à travers le monde !

Compagnon de vol !

Compagnon de vol !

On s’élance, après quelques messages à la tour de contrôle… qui ici n’existe pas.  En fait, les pilotes se gèrent seuls. Après quelques mètres, nous atteignons déjà une vitesse impressionnante. Puis l’appareil s’élève de quelques centimètres au-dessus du sol. Une fois la vitesse atteinte, Michel tire à fond les manettes. L’auto-gire part en arrière et se cambre à plus de 45°. En quelques secondes nous voilà des dizaines de pieds au-dessus de la plaine. Premier gros frisson du jour, c’est sensationnel !

Le vol : effet waouh garanti 

La suite du vol tient ses promesses. Celles de Michel, d’abord, puisque l’appareil est d’une légéreté et d’une stabilité impressionnante. Un si petit avion pourrait laisser présager un vol chaotique. C’est bien le contraire. Calme et sérénité, à plus de 100 mètres au-dessus du sol.

Vue du ciel, la nature est encore plus belle !

Vue du ciel, la nature est encore plus belle !

La promesse, ensuite, d’en prendre plein la vue. La sensation de voler est décuplée par les grandes vitres de l’auto-gire. Sous nos pieds, le vide et la vue impressionnante. Parfois plus vite, d’autre fois plus calmement voire en vol stationnaire, tout est parfait pour garder des souvenirs dans la tête et… comme nous sur l’appareil photo !

Les paysages : l’Allier, surprenante rivière

De là-haut, pendant nos 20 minutes de vol, difficile de trop s’éloigner d’Issoire. Mais même au-dessus de cette ville importante d’Auvergne, on voit loin. D’un regard on embrasse la chaîne des Puys, majestueuse. Le Sancy, puissant. Le Forez, de bois et de plateaux. On survole Usson, on aperçoit Billom ou Vic-le-Comte.

Méandres de l'Allier et couleurs fabuleuses depuis l'auto-gire !

Méandres de l’Allier et couleurs fabuleuses depuis l’auto-gire !

L'ALlier, lentement s'écoule depuis la Lozère jusqu'à la Loire.

L’Allier, lentement s’écoule depuis la Lozère jusqu’à la Loire.

Aujourd’hui, l’automne a habillé les forêts environnantes de rouge, de jaune, d’orange… Les châteaux aux alentours (assez nombreux) n’en sont que visuellement confortés. Et puis l’Allier, cette rivière majestueuse qui se jette plus haut dans la Loire, étend ses méandres quelques kilomètres après avoir quitté ses impressionnantes gorges. De là-haut, on voit les profondeurs de la rivière et ses fonds qui ne sont pas si sombres qu’on pourrait le croire.

Wonderbox : une bonne idée de cadeau !

Vient le temps de l’atterrissage. En à peine quelques mètres, l’appareil est au sol et à l’arrêt. Par fort vent (car oui, l’auto-gire peut même voler par fort vent, il paraît que c’est plus drôle…) l’auto-gire s’agrippe à la terre tout à la verticale. Fin de vol. Merci Michel pour cette belle expérience !

Dernier regard, au loin sur la Chaîne des Puys.

Dernier regard, au loin sur la chaîne des Puys.

Auvergne = WAOUH

Auvergne = WAOUH

Merci aussi à wonderbox, sans qui nous n’aurions peut-être pas eu l’idée d’une telle expérience. Nous la conseillons, avec ou sans la boite à cadeaux magiques. Faites de l’auto-gire ! Précisons ici que nous ne sommes en rien sponsorisés ou payés par la marque pour cet article ! Juste la chance d’avoir remporté un cadeau et d’être, le temps de vingt minutes, testeur de rêves. Merci Wonderbox 😉

Categories: Visites actives

Add comment

Proudly powered by WordPress & Tayp Theme by IshYoBoy.com