Top
  >  Apprecier   >  Le vrai du faux du Larzac : 5 infos (ou clichés)

J’ai eu la chance de parcourir le Larzac fin mai pendant 3 jours. 55 kilomètres de randonnées plus tard, j’ai pu discuter, rencontrer, échanger et profiter de ce territoire et de ses habitants. Un lieu impressionnant et profondément attachant, bien loin de quelques clichés qu’on peut prêter à ce plateau du sud Massif central. En voilà 5 que nous allons discuter (voire démonter) …

Le Larzac est un territoire « vide »

C’est peut-être la phrase que j’ai la plus entendue lorsque j’ai annoncé mon week-end au-dessus de Millau. « Ah, c’est top, tu vas être tout seul, c’est inhabité là-bas ». Venant de parisiens, je n’aurais pas fait attention. Mais venant de mes propres connaissances et amis auvergnats… quelle claque ! C’est presque l’hôpital qui se fout de la charité….

Alors, oui, le Larzac ce n’est pas le périph’ parisien. C’est même ça que les gens viennent chercher ici. Mais ce n’est pas non plus le bout du monde. Outre les villages qui jalonnent le territoire, il y a une autoroute, des trains … et des gens ! Des vrais, des passionnés, des amoureux de leurs territoires. Des personnes qui ont choisi de vivre ici, de rester ou de s’y installer. Des gens qui vivent avec la 4G (bon pas partout c’est vrai… quelle importance d’ailleurs ?). Qui vivent en harmonie, surtout.

De mon côté, cévenol d’origine et amoureux des grands espaces, je ne fus absolument pas surpris de toutes ces traces de vie sur le « plateau ». Alors, stop aux diktats de la société moderne et aux paroles citadines. Le Larzac n’est pas vide. Il est plein, rempli de tout et de l’essentiel : des femmes et des hommes, des passionnés et passionnants, des impliqués, des fanatiques du système D et de l’entraide. Quittez votre vide et vos superflus, à vous, et partez dans le Larzac 😊

 

Le Larzac, c’est désertique, il n’y a aucune végétation

C’est d’ailleurs pour cela que la France a classé les Causses et les Cévennes à l’UNESCO. Parce qu’il n’y a tellement rien, qu’il faut le protéger. Ici, nous ne sommes effectivement pas dans les forêts amazoniennes ou le long des côtes bretonnes. L’herbe sur le plateau est souvent rase, entretenue par le pastoralisme. Au printemps, les orchidées explosent, les landes et les bruyères aussi. Le Larzac abrite aussi des forêts et toute la biodiversité qui l’accompagne. C’est le cas notamment dans la vallée du Cernon.

Bien sûr, on ne peut pas aller contre nature. Le plateau du Larzac est un gruyère calcaire, l’eau y tombe mais ne s’accumule pas. Elle pénètre dans le sol pour ressortir plus bas sous forme de résurgences. Sur le plateau, la végétation peut donc vite « brûler ».

Mais rapaces, amphibiens, fleurs sauvages ont trouvé ici tous les éléments nécessaires à leur développement. Le paysage est varié (vraiment). Depuis l’Hospitalet du Larzac, j’ai aperçu les canalettes, de surprenantes formations géologiques où il fait frais et les arbres sont denses et d’un vert à faire pâlir un habitant d’Amérique du Sud. Depuis Sainte-Eulalie, j’ai vadrouillé dans des forêts de pins, de buis… Depuis la Couvertoirade, j’ai sillonné des landes d’herbes sauvages où les brebis « kiffent la vie ».

Le Larzac, c’est le Roquefort et les brebis

Alors forcément, si tu aimes ni le roquefort ni les brebis, aucun intérêt à venir ici ! Ou alors, tu te laisses tenter par un détour pour toi et tes papilles. Bien sûr, Roquefort est une telle marque sur le Larzac qu’il serait impensable de ne pas en parler. Mais le lait des brebis fournit aussi d’autres excellents fromages. La coopérative des bergers du Larzac, par exemple, en produit et en vend sur le territoire mais aussi sur toute la France. Sans parler des tous petits producteurs, comme Isabelle et Pierre du GAEC des traversiers à côté de La Couvertoirade. 

Sinon, l’Aveyron et le Larzac m’ont donné l’occasion de manger à des très bonnes tables : l’auberge du Chat Perché à la Couvertoirade, l’Hôtel-Restaurant de La Poste à La Cavalerie, la Cardabelle à Sainte-Eulalie de Cernon. J’ai découvert de fins restaurateurs et quelques spécialités. On ne présente plus l’Aligot, bien sûr, qui est plutôt un plat du nord Aveyron et du sud auvergnat. La Flaune est un dessert à base de recuite de lait de brebis et de fleur d’oranger. Ou encore une délicieuse tarte poire/roquefort. Sortez des sentiers battus, laissez-vous surprendre 😊

Le Larzac, c’est l’ennui mortel

C’est vrai, c’est le désert, le purgatoire avant la mort. Le Larzac est d’un ennui… Personnellement, lors de mon itinérance sur le GR 71C, je n’ai absolument pas trouvé le temps long. Pire, je serais même resté bien plus longtemps si j’avais pu. La randonnée est bien sûr l’activité phare sur le Larzac. Elle permet de découvrir les trésors du patrimoine : La Couvertoirade, Sainte-Eulalie de Cernon, le Viala-du-Pas-de-Jaux, La Cavalerie, l’Hospitalet du Larzac et son musée archéologique Frédéric Hermet

À part marcher, que faire ? Et bien, plein de choses en fait. L’outdoor a son festival, réputé partout en France, quelques kilomètres plus bas et chaque année à Millau. Ce n’est pas pour rien ! Le VTT est une autre activité sportive que l’on affectionne particulièrement sur le plateau, électrique ou non ! La Grande Traversée du Massif Central traverse une partie des sentiers du Larzac. À la journée, il y a des dizaines de chemins répertoriés. Randonnées que vous pouvez réaliser aussi à cheval ! L’Accrobranche, la spéléologie ou le saut à l’élastique sont d’autres activités possibles. Et pour les amoureux de train, comme moi, le train touristique du Larzac et son vélorail seront l’occasion parfaite de découvrir la vallée du Cernon.

 

Le Larzac, c’est que des révolutionnaires

Et alors ?! Qu’ils la fassent la révolution. Qu’on la fasse tous ! Les habitants du plateau ont la mauvaise réputation (ou la bonne, selon de quel côté on se place) depuis les années 70/80 et les luttes contre l’agrandissement des terrains militaires. José Bové, activiste et célèbre pour avoir « démonté » le Mac’Do de Millau – c’est-à-dire cassé quelques tables et chaises – est peut-être le nom le plus emblématique du Larzac.

Mais les luttes engagées (et qui continuent aujourd’hui encore) sont nobles. Contre les OGM, contre le capitalisme, pour l’agriculture traditionnelle, les produits locaux, pour la paix, pour les services publics, pour le train… Et j’en passe. N’allez pas penser qu’en pénétrant dans le Larzac, vous allez devoir passer des barrages et des checkpoints. Le seul truc qui pourrait peut-être vous arriver, c’est de rencontrer des personnes engagées qui finiront de vous convaincre.

s

LE LARZAC EN IMAGES

Pour finir de vous convaincre…

0

Poster un commentaire