Top
  >  Rencontrer   >  Rencontres de territoires   >  Observer les orchidées en Auvergne

Les Orchidées évoquent souvent les pays tropicaux ou l’on imagine aisément des plantes aux fleurs de couleurs éclatantes et formes sophistiquées, comme celles vendues dans les magasins de jardinerie. Les fins gourmets penseront évidemment à la vanille, produite par une Orchidée originaire du Mexique.

Et pourtant, en Europe et notamment en France, on peut également rencontrer des orchidées au grès des balades ! Thomas nous amène à la découverte de ces plantes au coeur de l’Auvergne.  

Ecologie des orchidées

Avant d’évoquer les différentes espèces visibles dans la région, il convient de s’attarder plus en détails sur cette famille de fleurs assez remarquable, sans cependant entrer dans une présentation approfondie de l’écologie, diversifiée selon les espèces. 

Le terme Orchidée vient du latin Orchis qui signifie… testicule ! Ce terme fait référence à la forme des tubercules souterrains de certaines espèces des zones tempérées.

Le nombre d’espèces varie fortement en fonction des études : de 17 000 à 35 000 espèces dans le monde selon les sources ! L’écologie est une science sur laquelle il y a encore beaucoup à découvrir et à préciser, les Orchidées en sont un exemple parmi tant d’autres ! En Europe on estime qu’il y a plus de 600 espèces, 147 en France et 54 pour l’ex-région Auvergne.

Morphologie des orchidées - Auvergne. T. Bernard

Morphologie des orchidées – Auvergne. T. Bernard

En Europe, les orchidées sont des espèces terrestres et vivaces. Elles ont une période de repos (estivale ou hivernale) durant laquelle il ne subsiste que les parties souterraines de la plante, aucun organe aérien n’étant visible. La majorité des espèces européenne ont des tubercules, qui assurent la réserve de substances nécessaires au développement aérien de la plante (en particulier des glucides). D’autres espèces ont des rhizomes, c’est-à-dire une tige souterraine muni de réserves. Enfin 3 espèces non présentes en Auvergne ont des pseudobulbes.

Les Orchidées d’Europe ont une tige dressée sans ramification, avec des feuilles à nervures parallèles (ce qui permet de repérer les orchidées avant la floraison). Les fleurs associées en épis sont de formes et couleurs très variables et permettent souvent l’identification de l’espèce. Malgré cette diversité de formes, on retrouve un certain nombre de critères discriminants des orchidées. Enfin les orchidées sont associées de manière symbiotique avec des champignons, qui jouent un rôle primordial lors de la germination des graines et le développement de la plante. 

Quelques espèces d'orchidées auvergnates

La finalité de cet article n‘est pas de présenter l’ensemble des espèces… ce serait long et fastidieux ! Nous proposons plutôt de nous attarder sur quelques familles et espèces que vous pouvez rencontrer « facilement » au cours de vos balades.

Il convient de rappeler quelques éléments de bon sens afin de ne pas nuire aux orchidées et à la nature en général. Bien évidemment on ne cueille pas les orchidées, comme les autres fleurs d’ailleurs, même si elles peuvent paraître abondantes en un site ! Il est bon également d’éviter de les écraser en se déplaçant ! N’hésitez pas en revanche à les prendre en photo, elles sont très photogéniques !!

Et si vous avez une âme de naturaliste, n’hésitez pas à noter le lieu, les espèces et les effectifs observés et à les transmettre à la Société Française d’Orchidophilie Auvergne. Un site a été mis en place à cet effet au niveau national : www.orchisauvage.fr

Deux espèces de Platanthères sont présentes en Auvergne : la Platanthère à deux feuilles Platanthera bifolia et la Platanthère verdâtre Platanthera chlorantha.

Ce sont des orchidées de taille moyenne (10 à 20 cm de haut) caractérisées par leurs fleurs globalement blanches. Les différencier n’est pas facile pour une personne novice : il faut observer attentivement les pollinies pour les différencier ! La Platanthère verdâtre a, comme son nom l’indique, une fleur avec des tons jaunes à verts, mais certains individus peuvent être blanc .

Les Platanthères sont essentiellement des espèces de prairie bien qu’on puisse trouver la Platanthère à deux feuilles dans des milieux plus fermés (sous bois…). La Platanthère à deux feuilles est plutôt présente à basse altitude (côteaux de Limagne par exemple) alors que la Platanthère verdâtre s’observe plutôt sur les hauteurs.

Platanthère à deux feuilles

Platanthère à deux feuilles. T. Bernard.

Voilà un groupe d’Orchidées complexes, sur lequel beaucoup d’éléments écologiques restent à préciser ! En Auvergne 5 espèces sont connues, dont certaines difficiles à différencier (de plus des hybrides existent!). Nous présentons ici les deux plus communes que vous pourrez rencontrer assez facilement.

L’Orchis sureau Dactylorhiza sambucina tient son nom de l’odeur qu’elle émet lors de la floraison. L’autre caractéristique de cette orchidée est qu’elle présente deux couleurs de fleurs : l’une jaune et l’autre rouge, la forme jaune étant la plus abondante. Le labelle de la fleur est finement ponctué de rouge.

Cette orchidée est facilement observable sur les zones granitiques ou elle peut parfois constituer des stations très populeuses ! Elle fleurit assez tôt en saison, dès le mois d’avril.

Dactylorhiza

Dactylorhiza sambucina. T. Bernard

L’Orchis tacheté Dactylorhiza maculata est une orchidée à la coloration assez variable : les fleurs peuvent avoir un fond blanc rose ou violacé parcouru de lignes violettes. On la rencontre surtout dans les milieux à substrats acides et humides, où elle peut former des stations très importantes. Elle fleurit dès la mi-mai jusqu’au mois de juillet.

Dactylorhiza maculata

Dactylorhiza maculata. T. Bernard.

Trois autres espèces sont présentes en Auvergne : l’Orchis incarnat D. incarnata, l’Orchis de mai D. majalis et l’Orchis de Fuchs D. fuchsii.

L’Orchis bouffon est une espèce répandue et souvent abondante, visible sur les sols plutôt acides. Les fleurs ont généralement une couleur violette, le « casque » de la fleur présentant des rayures vertes caractéristiques de l’espèce.

C’est une orchidée précoce, visible dès le mois d’avril jusqu’à plus de 1 000 mètres d’altitude.

Orchis bouffon. Individu en partie hypochrome.

Orchis bouffon. T. Bernard

L’Orchis pyramidal a comme son nom l’indique, une inflorescence en forme de pyramide. Du fait de sa couleur rose intense, cette orchidée se repère et se reconnait aisément au milieu d’une prairie.

L’Orchis pyramidal fleurit courant mai sur les sols calcaires où elles poussent à la fois en pleine lumière et parfois à l’abris de bois clair.

C’est une espèce localisée en Auvergne mais dont certaines stations peuvent être populeuse.

Orchis pyramidal Anacamptis pyramidalis

Orchis pyramidal Anacamptis pyramidalis. T. Bernard

L’Orchis mâle est l’orchidée la plus répandue d’Auvergne et il peut être parfois abondant. On peut le confondre avec l’Orchis bouffon en raison de leur couleur comparable mais son casque est unicolore, ce qui permet aisément de le différencier en l’observant.

L‘Orchis mâle est l’une des premières orchidées à fleurir au printemps notamment à basse altitude, et on le trouve essentiellement sur sols granitiques et volcaniques, souvent dans les endroits frais et parfois à haute altitude.

L'Orchis mâle Orchis macula

L’Orchis mâle Orchis macula. T. Bernard

Un drôle de nom pour une orchidée, mais qui se comprend facilement à l’observation du labelle qui évoque un homme pendu ! Sa couleur est très variable, du jaune au rouge.

C’est une orchidée des milieux basiques, on la trouve donc en Auvergne essentiellement sur les coteaux de Limagnes et dans le sud du Cantal, où elle peut parfois être abondante.

L'Orchis homme-pendu Orchis anthropophora

L’Orchis homme-pendu Orchis anthropophora. T. Bernard

L’Orchis pourpre est une orchidée qui peut être très grande (jusqu’à 60 cm) facilement reconnaissable à son sepalle grenat et son labelle aux teintes rosées en forme de bonhomme.

Comme l’Orchis homme-pendu, c’est une espèce des milieux basiques et on la trouve en Auvergne uniquement sur les zones à substrats calcaires. Elle peut être rencontrée dans des milieux variés : prairies, coteaux secs, forêts…

L'Orchis pourpre Orchis purpurea

L’Orchis pourpre Orchis purpurea. T. Bernard

Encore un drôle de nom ! Il est du à l‘odeur désagréable que produit la fleur… sentez, vous constaterez ! L’autre originalité de cette orchidée est son labelle très long qui descend en spirale.

C’est une espèce massive qui peut atteindre assez régulièrement 80 cm de hauteur.

Elle est relativement commune, recherchant les zones ensoleillées pour pousser, quelque soit la nature des sols. C’est en revanche une orchidée de basse altitude.

L'Orchis bouc Himantoglossum hircinum

L’Orchis bouc Himantoglossum hircinum. T. Bernard

Les Ophrys sont caractérisés par la forme de leurs fleurs dont le labelle imite un insecte. Les Ophrys sont en général de petites tailles, difficile à repérer en raison de leurs fleurs petites qui ne forment pas un épi dense.

Ce sont des espèces essentiellement méditerranéenne dont le nombre en Auvergne se limite à 8. Ce sont des espèces qui aiment les zones thermophiles (à températures élevées), souvent en pleine lumière et sur les substrats calcaire.

La description de l’ensemble des espèces du genre Ophrys n’est sans doute pas terminé, et leur identification pose régulièrement des problèmes en raison de la grande proximité de certaines espèces (les hybrides sont nombreux et réguliers). Nous présentons ici les 5 espèces les plus facilement visible en Auvergne.

L’Ophrys abeille Ophrys apifera est une orchidée très colorées aux sépales souvent rose et au labelle brun parcourue de ligne jaune. En Auvergne, c’est le plus répandu des Ophrys mais il est rarement abondant. Il fleurit à partir de début juin.

Ophrys abeille Ophrys apifera

Ophrys abeille Ophrys apifera. T. Bernard

L’Ophrys bécasse Ophrys scolopax et l’Ophrys bourdon Ophrys fuciflora sont considérés comme deux espèces mais il est probable qu’il s’agisse en réalité d’une seule et même espèce… Ne rentrons cependant pas plus dans les détails et laissons ces questions taxonomiques aux scientifiques ! Ce sont des orchidées localisées en Auvergne, qui fleurissent dès le mois de mai, en particulier sur les coteaux de Limagne.

Ophrys bécasse Ophrys scolopax

Ophrys bécasse Ophrys scolopax. T.Bernard

L’Ophrys araignée Ophrys aranifera est un Ophrys aux sépales verts et au labelle sombre orné de dessin blanc de formes assez variées mais souvent formant un H. C’est une espèce de prairie, localisée en Auvergne mais qui peut être abondante sur ses stations

Ophrys araignée Ophrys aranifera

Ophrys araignée Ophrys aranifera. T. Bernard

L’Ophrys mouche Ophrys insectifera est comme son nom l’indique, caractérisé par son labelle en forme de mouche rouge sombre barré en son centre par un dessin bleu ou gris. L’imitation de l’insecte est chez cette espèce plus qu’évidente ! C’est une espèce localisée en Auvergne et ses stations sont en général peu populeuses. On le trouve plus régulièrement que les autres Ophrys dans des zones d’ombres.

Ophrys mouche Ophrys insectifera

Ophrys mouche Ophrys insectifera. T. Bernard

La Céphalanthère à longues feuilles se caractérise par ses feuilles, étroites et longues qui sont caractéristiques de l’espèce. La fleur est blanche et assez grande.

C’est une espèce de sous-bois, relativement courante en Auvergne et dont les stations sont populeuses.

Céphalanthère à longues feuilles Cephalanthera longifolia

Céphalanthère à longues feuilles Cephalanthera longifolia. T. Bernard

La Listère ovale a la particularité parmi les orchidées européennes d’avoir des feuilles ovales et larges presque opposées sur la tige. Ses fleurs sont vertes et de petites tailles, réparties le long de la tige.

C’est une orchidée répandue en Auvergne du fait de sa « plasticité » écologique : on la trouve sur un grand nombre de substrats et de milieux : prairies, coteaux, lisière, sous-bois…

Elle fleurit dès le mois de mai.

Listère ovale Listera ovata

Listère ovale Listera ovata. T. Bernard

LES orchidées EN PRATIQUE

La phénologie de floraison des orchidées semble être liée à la température. Ainsi, dans le Massif Central, les orchidées fleurissent plus tard en altitude. Les rosettes de feuilles peuvent chez certaines espèces apparaître dès l’automne ou au cours de l’hiver. Par la suite, les éléments aériens de la plante apparaissent, puis la fleur elle-même, qui fane au bout de quelques semaines.

La pollinisation pour certaines espèces d’orchidées est originale. C’est notamment le cas des Ophrys , dont la forme, la pilosité, les couleurs et l’odeur du labelle trompent les insectes mâles, qui tentent de s’accoupler avec la fleur. En se posant sur le labelle, ils « récupèrent » le pollen d’une fleur et vont féconder une autre fleur. Certaines espèces d’Ophrys ont des pollinisateurs exclusifs, en particulier l’Ophrys mouche qui est pollinisé par un Hyménoptère : Argogorytes mystaceus.

hyménoptère sur Ophrys mouche. Notez les pollinies jaunes sur le front de l'insecte

hyménoptère sur Ophrys mouche. Notez les pollinies jaunes sur le front de l’insecte. T. Bernard

lépidoptère butinant une Orchis pyramidal Anacamptis pyramidalis

lépidoptère butinant une Orchis pyramidal Anacamptis pyramidalis. T.Bernard

L‘Ophrys abeille, présente également en Auvergne, est une orchidée qui s’autopollinise. Une fois la fleur développée, les caudicules qui supportent le pollen s’infléchissent et le pollen est directement déposé sur les stigmates.

Ophrys abeille Ophrys apifera en cours d'autopollinisation

Ophrys abeille Ophrys apifera en cours d’autopollinisation. T.Bernard

Comme vous avec pu le constater, les espèces sont présentes à toute altitude en Auvergne. Cependant, la plus grande diversité se trouve plutôt à basse altitude. Comme il n’est pas évident de « partir à l’aventure », vous pouvez tenter pour vos premières découvertes d’aller sur l’ENS (Espace Naturel Sensible) de la colline de Mirabel sur les communes de Ménétrol et Riom. Ce site géré par le Conservatoire des Espaces Naturels d’Auvergne accueille près de 20 espèces ! Des sorties découvertes sont d’ailleurs organisées régulièrement par le CEN (Conservatoire des Espaces Naturels) en partenariat avec la SFO (Société Française d’Orchidophilie) Auvergne.

Vous pouvez contacter la Société Française d’Orchidophilie Auvergne via leur site internet. C’est l’association de référence sur les orchidées en Auvergne.

0

Commentaires

  • LAROCHE

    29 mai 2019

    L’association Allier Nature avec Mmes Françoise Chalard et Chris Daval a organisé une sortie Orchidée du Puy de Pileyre le dimanche 26 mai 2019 matin et c’était une belle découverte et un bel échange. Ces fragiles et belles plantes donnent l’envie de s’informer et d’apprendre à les reconnaître et apprécier leur diversité et d’aider à les protéger.
    Merci de m’inscrire à la lettre mensuelle.
    Mireille Laroche
    Cité du Moulin à Vent – Bât B – appart n°15 – 63370 Lempdes

    reply...

Poster un commentaire