Top
  >  Découvrir   >  Idée séjours   >  Un week-end de nouvel an dans l’Aveyron – 1/2
Le village médiéval de Najac, haut perché, qui domine la rivière Aveyron.

Retour sur un week-end passé au cœur de l’Aveyron en plein hiver. 2 journées au départ de Clermont-Ferrand, dans les environs de Villefranche de Rouergue. Un programme riche au cœur des Bastides du Sud, des paysages vallonnés et du « calme » d’un voyage hors saison.

Que faire un 31 décembre ? La question revient chaque année, et semble parfois compliquée à résoudre. Il y a bien le « bourrage de gueule » traditionnel, avec des amis plus ou moins proches, des gens qu’on a envie de voir… ou non d’ailleurs. Il y a bien sûr Arthur, et son décompte sur TF1. Il y a les nombreux restaurants, qui vous colleront dans un coin de la pièce, juste à côté des toilettes car la salle est complète… Bref que des choses véritablement géniales, qu’on ne peut pas faire à un autre moment, et qui sont vraiment inédites ! C’est à faire, certes, mais peut-être pas chaque année.

En réponse à cette question fin 2015, nous avons de notre côté décidé de prendre un peu d’air ! Ce n’est pas là non plus un fait incroyable, mais ça correspondait à notre envie de profiter de ce dernier jour de l’année, et commencer la suivante dans un lieu sympathique et riche en découvertes. Sans partir trop loin de la maison, pour éviter l’empreinte carbone et des heures de déplacement, décision était donc prise de découvrir l’Aveyron !

Dormir dans un pigeonnier, ah la belle idée !

La destination choisie, encore fallait-il trouver l’hébergement capable de nous abriter pour 2 nuits avec une arrivée tardive le jour du réveillon. Mission qui pourrait paraître compliquée, mais qui s’est avérée plutôt simple dans ce département. Il est vrai que les disponibilités étaient grandes. Visiblement, l’Aveyron est moins demandé les jours d’hiver ! Qui aurait envie de s’isoler un 31 décembre ? Nous, pardi !

Nous avons choisi de passer deux nuits dans un pigeonnier reconverti au cœur d’une ancienne exploitation agricole, dont les bâtiments en pierre ont été totalement réhabilités en superbes gîtes. C’était pour nous l’hiver, mais le lieu dispose d’une piscine et d’une vue dégagée qui doit être agréable pour des jours d’été au calme ! Pourquoi un pigeonnier – ou colombier – me direz-vous pour un week-end dans l’Aveyron ? Parce que ce département regorge de ces tours carrées, ou rondes, détachées ou non du lieu principal d’habitation. Elles ont servi durant longtemps avant que les nouvelles technologies ne viennent réduire l’importance de la colonisation du pigeon… et marquer l’arrêt de l’utilisation de ces magnifiques édifices. Beaucoup ont depuis trouvé une utilité : logement, abri, visite… même si certains sont désormais à l’abandon et en péril.

De Villefranche de Rouergue à Najac

Pour ce premier jour, lendemain de réveillon, le réveil est prévu à 9h ! Champagne dans le sang compris ! On prend la route direction « le Sud ». Après un passage rapide à Villefranche-de-Rouergue, nous prenons la direction de Najac. Nous avions profité de notre avant-soirée d’hier pour visiter la ville de Villefranche – de nuit. Cette jolie bastide se visite rapidement à pied. Ne manquez pas, notamment, la somptueuse collégiale Notre-Dame et sa place, épicentre de la Bastide. Il y a aussi un peu plus haut la chapelle des Pénitents Noirs, qui doit être vue de l’intérieur, mais qui malheureusement était fermée à cette heure précise. Enfin, traversez l’Aveyron pour terminer plus au sud par la Chartreuse Saint-Sauveur.

Nous sommes donc lancés sur la route en direction de Najac. Nous arrivons peu après l’aube dans ce décor splendide et mystique. En effet, la brume recouvre encore une partie de la rivière Aveyron, et la forteresse royale domine ce spectacle médiéval. Najac est un village tout en longueur, sur un éperon de roche qui semble se jeter ensuite dans les gorges de la rivière. Se balader un 1er de l’an dans des rues vides et calmes, qui peu à peu s’éveillent, est une joie intense pour nous. Une petite balade est possible le long des gorges de l’Aveyron, qui vous permet d’avoir des points de vue sur le village et son environnement.

L'Aveyron, qui traverse la Bastide de Villefranche-de-Rouergue


L’Aveyron, qui traverse la Bastide de Villefranche-de-Rouergue

Le village médiéval de Najac, haut perché, qui domine la rivière Aveyron.

Le village médiéval de Najac, haut perché, qui domine la rivière Aveyron.


Najac, et son ancienne poste aux lettres !

Détour par le Tarn

Un coup d’œil sur la carte pour décider de la prochaine étape. La proximité de Cordes-sur-Ciel est vraiment trop tentante ! On s’accorde une infidélité et on passe la frontière du Tarn pour visiter cette cité récemment élue village préféré des Français par l’émission de France Télévisions. Originellement appelé Cordes, la municipalité a fait apposer le terme sur ciel pour légender parfaitement la commune. Tout comme Najac, Cordes est un village haut perché et médiéval. D’étroites ruelles vous permettent d’accéder au cœur de la Bastide, après une montée rude, et de découvrir un joli panorama.

« Le voyageur qui, de la terrasse de Cordes, regarde la nuit d’été sait ainsi qu’il n’a pas besoin d’aller plus loin et que, s’il veut, la beauté ici, jour après jour, l’enlèvera à toute solitude. » Albert Camus.

Depuis 1222, et sa création par le Comte de Toulouse, la cité de Cordes voit les meilleurs artisans se succéder. Aujourd’hui encore, ils sont nombreux à ouvrir leurs échoppes et proposer leurs créations. Évidemment, pas un 1er janvier. Mais le reste de l’année, prenez le temps de flâner les ruelles à la recherche d’objets, de goûts et de senteurs…

Les ruelles de Cordes-sur-Ciel - et leurs nombreuses échoppes - parfaitement plates non ?

Les ruelles de Cordes-sur-Ciel – et leurs nombreuses échoppes – parfaitement plates non ?

 

L'une des portes de Cordes-sur-Ciel, village médiéval somptueusement perché.


L’une des portes de Cordes-sur-Ciel, village médiéval somptueusement perché.

Cordes-sur-Ciel, en janvier, ce sont des rencontres ...


Cordes-sur-Ciel, en janvier, ce sont des rencontres…

Poster un commentaire