^
  >  Randonner   >  Rando GR/GRP/Trek   >  GR651 : Randonner dans la vallée du Célé au coeur du Quercy

55 km de bonheur, c’est ce qu’offre le GR651. Variante du célèbre GR65, la voie du Puy vers Saint-Jacques de Compostelle, l’itinérance à travers la vallée du Célé est un parfait mélange entre nature, points de vue, lieux secrets et villages de charmes. Le tout en randonnant au coeur du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, en plein département du Lot.

Table des matières

La vallée du Célé en images

Informations pratiques

Se renseigner sur le parcours

J’ai pu réaliser mon itinérance en partenariat avec Lot Tourisme. Je les remercie vivement pour cette découverte. Si vous avez la moindre question, faites-leur confiance ainsi qu’aux offices de tourisme de la région !

La vallée du Célé sans ma voiture

C’est tout à fait possible, et même recommander pour profiter pleinement de la nature et de la randonnée. Comptez, tout de même, une bonne journée en plus pour le voyage et les éventuels changements !

  • Gare de Figeac (trains ou bus vers/depuis Rodez, Aurillac…)
  • Gare de Cahors (trains vers/depuis Paris, Toulouse…)
  • Bus ligne 889, Région Occitanie : Cahors > Saint-Cirq-Lapopie, Cajarc, Figeac
  • La Malle Postale : navettes régulières, transports de bagages sur le GR65 et ses variantes. Personnel au petit soin et services au top, on vous le recommande !

La vallée du célé avec une agence

  • Via Compostela : le spécialiste de la randonnée et des chemins de Compostelle

Le GR651 d'un coup d'oeil

Durée : 4 jours (6 pour rejoindre Cahors)

Distance : 55km (GR651) , 75 km de Figeac à Saint-Cirq Lapopie

Points de départs : Béduer (GR651), Figeac (GR65 + GR651)

Points d’arrivées : Bouziès (GR651), Cahors (GR65 + GR36 et/ou GR65), Saint-Cirq Lapopie (GR651 + GR36)

Difficulté : facile à moyen. Quelques montées un peu raides, un peu de dénivelé.

Les incontournables du GR651

  • Espagnac-Saint-Eulalie
  • Marcilhac-sur-Célé
  • Sauliac-sur-Célé
  • Cabrerets
  • Le long du Célé entre Corn et Espagnac
  • Les points de vue depuis les Causses du Quercy

Carte du GR651 et de la vallée du Célé

La vallée du Célé, jour par jour

Le GR651 est, officiellement, le chemin qui part de Béduer et arrive à Bouziès. Pour plus de facilité (en terme de transports) mais aussi pour découvrir davantage du Lot, je vous propose l’itinéraire depuis Figeac et jusqu’à Saint-Cirq-Lapopie (Via les GR65 et GR36).

Depuis Saint-Cirq-Lapopie, vous pouvez même prévoir de poursuivre jusqu’à Cahors.

Total : 73 km – D+ 2000m – Durée : 4 jours

 

C’est sans doute l’étape la moins intéressante du parcours. Bien rattrapée par le départ depuis Figeac, une charmante cité médiévale à découvrir. Prenez le temps de flâner dans les ruelles avant votre départ.

Vous avez le temps, l’étape est ensuite assez courte. Cela peut vous permettre, notamment, d’arriver à Figeac grâce au train ou au bus dans la matinée ou en début d’après-midi.

Vous quittez Figeac (par le Chemin de Compostelle GR65) et grimpez déjà rapidement sur les hauteurs (cela permet d’éviter quelques départementales très fréquentées). Vous avez de jolis points de vue sur la ville, sur le Célé et sur les villages aux environs. Le sentier serpente jusqu’à Faycelles, premier village rencontré sur votre itinéraire, assez caractéristique avec de belles maisons de pierres. C’est à partir d’ici que vous allez quitter le goudron des petites routes (il n’y a quasiment pas eu de chemins depuis le départ de Figeac).

Le chemin parcourt un sous-bois avant de remonter à travers les champs jusqu’au Mas de la Croix. Ici, le GR65 continue sa route vers Cajarc et commence officiellement le GR651. Prenez la direction de Béduer OU des Bédigas (en fonction de votre hébergement). J’avais, personnellement, opté pour le gîte des Bédigas, sans passer par Béduer.

Seconde étape, la plus longue de mon périple. Depuis Les Bédigas, le GR651 s’approche enfin du Célé. Ici, la rivière se faufile au travers de larges champs. Les paysages n’ont encore rien de rare.

Les choses sérieuses commencent lorsque vous arrivez à Corn, après avoir traversé le Célé. Ce petit village, anciennement fortifié, est charmant. Vous découvrez de vieilles maisons Quercynoises, mais aussi des grottes fortifiées. Sous le lavoir (dont l’eau coule depuis une résurgence), le village de Corn a aménagé une aire de repos le long du ruisseau, avec quelques arbres fruitiers en « libre service ». Une très belle initiative.

Vous traversez une nouvelle fois le Céle. Entre Corn et Espagnac-Sainte-Eulalie, la prochaine étape, vous découvrez l’un des paysages qui m’a le plus surpris (et le plus séduit). Le long du Célé, à travers une dense forêt, on a une sensation de bout du monde et de fraîcheur : l’Amazonie n’est pas si loin. Un passage qui se termine près de la résurgence de la source bleue. L’un des meilleurs moments de ma traversée de la vallée du Célé.

Après avoir longé, par la route, le Célé, la tour et le clocher de l’ancien prieuré d’Espagnac Sainte-Eulalie apparaissent comme par enchantement. Le hameau s’enroule autour des vestiges des anciennes murailles fortifiées et de cette bâtisse du XIIIe siècle, remaniée depuis. Une très jolie halte, près de la rivière, avant de retrouver les hauteurs des Causses et ses points de vue.

La première hauteur rencontrée s’appelle, d’ailleurs, le Causse. Vous redescendez, ensuite, vers Brengues en passant sous une impressionnante falaise. Ici se cache une première ruine troglodyte, le château des anglais (vous croiserez d’autres lieux de ce nom au fil de votre découverte du Célé). D’autres vestiges et constructions troglodytiques ainsi qu’un château privé sont visibles à Saint-Sulpice.

Enfin, après une dernière remontée et une longue boucle, ponctuée de grottes et de dolmens (ils sont nombreux dans le Lot !), vous descendez progressivement vers Marcilhac-sur-Célé. Un petit village qui ressemble en tout point de vue à ce que mon imagination s’était faites du Lot. Cette ambiance du « sud », ces belles maisons, ces ruelles où les chaises et les bancs vous attendent pour des heures de discussions avec les habitants.

Finissez votre longue étape de la journée en visitant l’Abbaye de Marcilhac-sur-Célé. Avant une nuit plus que méritée à l’excellent gîte de Galance, où l’accueil a été divin, la bière rafraichissante, la nuit reposante. Ne manquez pas les très belles cartes postales de Marion Jourdan, l’une des filles des propriétaires.

Retour à une étape « normale » en ce troisième jour de randonnée. Dès la sortie de Marcilhac, vous montez à nouveau sur le causse. Mais celle-ci est assez courte et se fait relativement facilement.

Vous enchaînez ensuite les passages en forêts, les chemins entourés de murets de pierres et les prairies ouvertes. La première récompense du jour se trouve à Sauliac-sur-Célé. Plus précisément dans le vieux Sauliac. En effet, vous ne passez pas par le village en lui-même. Mais, sur le chemin sous la falaise, vous longez l’ancien hameau de Sauliac. Aux siècles précédents, les habitants ont peu à peu délaissé l’endroit pour se regrouper 500 mètres plus bas, le long de la nouvelle route et de la rivière pour plus de facilité. Laissant à l’abandon l’ancien village. Aujourd’hui, le phénomène inverse se produit, quelques maisons ayant été restaurées sur la partie haute. Sous la falaise, avec le panorama grandiose sur le Célé, ce village restera un merveilleux souvenir !

Nouvelle montée, cette fois pour atteindre le château-musée de Cuzals (musée de plein air du Quercy) fermé au moment de ma randonnée. Finalement, on ne l’aperçoit que très peu. La suite est un peu monotone, avec tout de même quelques points de vue sur les Causses et la vallée du Célé. Avant une fin d’étape mémorable en arrivant sur les hauteurs de Cabrerets.

Le village se blottit le long de la rivière et est dominé par son très impressionnant château (ainsi que les ruines d’un énième château des anglais sous la falaise). Une visite des ruelles, une petite longueur dans le Célé avant de rejoindre l’hôtel-restaurant des Grottes pour la nuit. En plus d’un sommeil confortable, on vous conseille de goûter au repas du soir, excellent, et d’acheter quelques confitures maisons et bio !

Dernière courte étape après Cabrerets. La journée commence (une nouvelle fois) par une montée. D’abord jusqu’à la grotte de Pech Merle (vue la durée de l’étape du jour, vous pouvez visiter ce très joli témoignage de la préhistoire).

Ensuite, vous découvrez quelques-uns des plus beaux panoramas du circuit, avec une jolie vue depuis la falaise de Rochecourbe.Une belle descente vous permet de quitter le Célé pour atteindre le Lot, près de Bouziès. Un nouveau château des anglais, sous la falaise, vous fera oublier les dangers du passage sur une route départementale et passante. Seul lieu vraiment dangereux du parcours, très peu sécurisé qui vous fera même traverser un tunnel… Il est dommage de ne pas pouvoir aménager mieux cet endroit. Soyez très prudents (les automobilistes ne le seront pas toujours…)

À Bouziès, et son très joli pont sur le Lot, le GR651 se termine. Le Célé s’est jeté un peu plus haut dans les eaux du Lot. Ici, vous pouvez rejoindre directement Cahors en aval en suivant la rivière. Personnellement j’ai opté pour la remontée du cours d’eau, en direction de Saint-Cirq Lapopie, fantastique cité perchée et incontournable du département. En passant par un lieu incroyable que j’ai eu la chance de découvrir, le chemin de hallage. Un sentier taillé dans la roche et utilisé, à l’origine, pour le passage des chevaux.

Mon parcours s’achève, donc, à Saint-Cirq Lapopie. Où l’on retrouve la foule qui était quasi absente depuis mon départ de Figeac. Malgré le monde, le village n’en reste pas moins un merveilleux témoignage de l’architecture médiévale (bien que devenu très touristique et commercial…) Ne manquez pas le point de vue et prenez le temps de visiter le bas du village, où les boutiques et les restaurants sont bien moins nombreux.

À partir de Saint-Cirq Lapopie, vous avez trois possibilités :

  1. Prendre un bus départemental – Lio ligne 889 (il vous faudra descendre en bas du village, jusqu’à la route principale après le pont sur le Lot). Celui-ci vous conduira soit à Cahors, soit à Figeac.
  2. Poursuivre sur le GR36 en direction du sud, pour retrouver 17km plus loin le GR65 (voie du Puy, chemin de Compostelle). Ensuite, il ne vous restera que 27 km pour rejoindre Cahors (compter 2 jours depuis Saint-Cirq) à pied OU remonter vers Figeac (boucle) par le GR65 (65 km /3 jours)
  3. Descendre le Lot depuis Saint-Cirq par le GR36/46 vers le nord. Vous repassez à Bouziès puis rejoignez Cahors (1 bonne journée)